Présentation de notre terroir

Le sous-sol est la première spécificité du terroir champenois. Les vignes sont idéalement enracinées dans un sol argilo-calcaire datant du Kimméridgien ce qui procurent une irrigation naturelle constante. Il s’agit là de l’un des terroirs les plus typiques de la champagne

Le climat est la deuxième spécificité du terroir champenois. Frais, du fait d’une latitude septentrionale, il est sévère pour la vigne. Océanique, il apporte de l’eau en quantité régulière avec de faibles contrastes thermique. Continental, il provoque des gelées parfois destructrices mais aussi un bel ensoleillement annuel significatif qui nous permet d’élaborer des champagnes de grande qualité.

L'exposition et le relief sont enfin le troisième aspect caractéristique du terroir champenois. C’est un vignoble de coteaux dont l’image typique est celle des sommets boisé dominant des courbes de terrain plantées de vignes. La moyenne des pentes est de 12% mais certaines peuvent atteindre 59%. Ces coteaux sont de plus exposés en grande majorité Sud, Sud-Est et Est et donc de se fait il bénéficient d’un ensoleillement optimale.

 

Historique du vignoble Haut Marnais

Après la destruction du vignoble Haut Marnais par le phylloxéra à la fin du XIX siècle, la loi de 1927 détermine la zone de production sur nos deux villages. Argentolles et Rizaucourt. retrouvent l’appellation grâce à des archives gardées précieusement par les vignerons, qui ont prouver la vente de raisins destiner à confectionner du champagne.

Aujourd’hui le vignoble s’étend sur près de 80 hectares sur les deux communes avec en majorité une production de pinot noir (60 ha) Pinot meunier (14 ha) et chardonnay (6 ha).

 

 

 

Les Cépages

Le pinot noir est le type achevé du cépage de qualité convenant aux climats relativement froid.Il donne aux vins des aromes de fruit rouges .Le pinot noir se distingue par sa force et sa consistance, soutenu par une bonne charpente, et par la finesse de son bouquet. Il donne à l’assemblage du corps et de la puissance.

Le chardonnay, le cépage de la finesse ; Il donne aux vins jeunes des notes florales et d’agrumes, parfois minérales. Ses vins à évolution plus lente sont idéals pour les cuvées destinées à vieillir.

 

Travail de la vigne

La taille

Elle est l’acte qui détermine, par sa précision et sa justesse, la quantité et la qualité de la vendange. Elle se déroule de novembre à mi-décembre, puis respecte le repos hivernal du plant et reprend après la Saint Vincent jusqu’à fin mars. Nos tailles sont le Chablis et le Cordon de Royat.

Le liage

Autrefois appelé « l’attache » cette opération consiste à attacher les charpentes et serments de taille aux fils de soutien afin de surveiller au mieux sa croissance pour la suit des opérations.

Le palissage

Il a lieu en Juin, il consiste à séparer les rameaux entre eux et à les maintenir dans leur ordre par des fils et agrafes. Il permet d’éviter que les feuilles et les raisins ne soient tassées les uns sur les autres, afin que ceux ci captent le maximum de soleil et bénéficient d’une bonne aération, leur évitant la pourriture.L’opération est totalement manuelle et très longue.

Le Rognage

C’est une « taille d’été ». Il commence fin juin début juillet, avant ou après la floraison et dure jusqu’au vendanges. Cette opération permet de contrôler la vigueur de la végétation afin de concentrer la sève dans les grappes.

 

Vendanges et pressurage

La vendange

Elle reste exclusivement manuelle car à ce jour seul la main de l’homme permet donc de cueillir les grappes raisin entières et intactes qui sont mis ensuite dans des caisses puis celles-ci sont charger sur le tracteur afin de les amener au pressoir. Elle dure entre 1 et 2 semaines en fonction de l’année .

Le pressurage

C’est une méthode d’extraction exclusive, réglementée par l’Appellation qui a pour objectif le respect du raisin. Il s’effectue immédiatement voir maximum le lendemain de la cueillette. Les grappes entières sont placées directement dans la cage du pressoir toujours manuellement puis elles sont pressurées avec lenteur et progressivité afin de n’extraire que le jus de la pulpe contenant le sucre, les acides et les aromes qui font la finesse du champagne.

L’agrément qualitatif impose une hygiène parfaite des locaux, matériels et outils de pressurage. Il est également obligatoire de posséder une laveuse de caisses à vendange. Le jus appelé « moût » est ensuite stocké dans des cuves en Inox ou l’oxydation sera parfaitement maîtrisée.

 

Elaboration de notre Champagne

Après toutes ces étapes associées à la passion de ce merveilleux métier, le champagne paré de ses plus beaux atouts saura enchanter toutes vos fêtes et réceptions.

La vinification

Lors de la fermentation alcoolique, les moûts sont transformés en vins sous l’action des levures qui consomment les sucres et produisent de l’alcool. Elle se déroule à température basse et contrôlée « entre 16 et 20° C » Puis vient la fermentation malolactique. Elle transforme l’acide malique en acide tartrique et donc elle désacidifie les vins naturellement.

Le passage aux froid

Le vin est descendu à une température de -3.5° avec lequel on incorpore de la crème de tarte afin de faire précipiter l’acide tartrique, ce qui évite l’apparition de cristaux de tartre dans la bouteille.Puis le vin est filtré.

L’assemblage

C’est l’étape fondatrice de chaque vin de Champagne. Le vigneron marie les vins aux qualités aromatiques qui ne sont pas identique, pour créer un vin supérieur à la somme des premiers. Sa palette est composée de vins différents et cépages pour les cuvées auxquels s’ajoutent des vins de réserve. Il réalise ainsi un Champagne qui reflète sa vision et qui marque son style.Le vigneron cherchera à perpétuer ces caractéristiques d’année en année.

Le tirage

On ajoute un peu de sucre et des levures au moment de la mise en bouteilles
Puis celles-ci sont fermées par un bouchage métallique « capsules » qui assure l’étanchéité maximale entre l’extérieur de la bouteille et le vin. Puis celles-ci sont rangées en pile « sur latte » pour de longs mois dans la cave.

La prise de mousse

C’est une deuxième fermentation ayant pour but de rendre le vin effervescent.Les levures consomment le sucre et libèrent dans le vin de l’alcool et du gaz carbonique Elle se déroule dans la bouteille couchée à basse température afin d’obtenir une bulle fine tout ceci pendant 4 à 6 semaines environ après le tirage.

La maturation sur lies

Elle commence à la fin de la prise de mousse. Les lies sont constituées essentiellement par les levures qui se sont multipliées dans les bouteilles et qui ont formé un dépôt. Al’issue de la prise de mousse les levures meurent progressivement. Cette étape cruciale de l’élaboration apporte ainsi les arômes spécifiques au Champagne et permet son épanouissement.

Le remuage

C’est un geste ancestral consistant à faire descendre progressivement le dépôt de levures dans le col de la bouteille pour pouvoir l’expulser. Ce geste manuel consiste à faire tourner la bouteille1/4 de tour environ pendant 15 jours. Celles-ci restent dans une position inclinée sur des pupitres en bois.

Le dégorgement et dosage

On pratique encore le dégorgement « à la volée » qui consiste à maintenir la bouteille tête en bas, on la redresse de façon à faire partir juste ce qu’il faut de vin pour être sûr que le dépôt soit expulsé. Puis vient le dosage qui apporte une dernière touche au vin avant le bouchage. L’ajout d’une « liqueur de dosage » (mélange de sucre et de vin qui reste le secret du vigneron) a pour but d’arrondir le vin, qui se trouve entièrement dépourvu de sucre en fin de prise de mousse. Le dosage permet d’établir une échelle du moins sucré au plus sucré, c'est-à-dire du Brut au Demi-sec.

Le bouchage

Dès qu’il est dosé le vin est bouché pour aborder une nouvelle étape de son vieillissement. Ce bouchage est composé d’un bouchon de liège retenu par le muselet. De la qualité de celui-ci dépendra donc en partie l’évolution du vin.